Top
Image Alt

Dermatopathologie

  /  Bibliothèque de cas   /  2020-11 - Carrefour Pathologie   /  Cas 4 – Novembre 2020 – Carrefour Pathologie

Cas 4 – Novembre 2020 – Carrefour Pathologie

Résolu
Présentateurs: Reginster Michel, Tourne Laurence, Theate Ivan
CHU: Service d’Anatomie Pathologique, Institut de Pathologie et de Génétique (IPG), Gosselies, Belgique
Renseignements cliniques:

Il s’agit d’une dame de 58 ans présentant de multiples lésions cutanées nodulaires d’apparition récente. Les lésions se situent sur la face interne du genou droit, sur la face postérieure de la cuisse droite et gauche et sur le dos. Elles mesurent de 2 à 9 mm. La patiente ne présente aucun antécédent clinique notable. L’exérèse de ces lésions a été réalisée.

Diagnostic proposé: Multiples poromes eccrines classiques entrant dans le cadre d’une poromatose
Cliquez sur les photos pour les agrandir

Description histologique

Ces différentes lésions ont les mêmes caractéristiques morphologiques et immunohistochimiques. Elles sont constituées par de grandes travées de petites cellules rondes, formant des nappes homogènes, connectées à l’épiderme et descendant vers le derme moyen. Ces travées se disposent en réseau dans le derme. La limite avec les kératinocytes normaux est nette. L’activité mitotique est faible et on trouve peu d’atypies nucléo-cytoplasmiques. On observe des foyers de différenciation ductulaire, ainsi que de rares images de kératinisation sous forme de kystes kératinisants. Contrairement aux trois autres, la lésion de la face interne du genou est exophytique. Elle est accompagnée par un léger infiltrat inflammatoire lymphoplasmocytaire et neutrophilique. L’épiderme situé en regard de cette lésion est focalement érodé et recouvert d’une squame croûte.
D’un point de vue immunohistochimique, ces lésions expriment les cytokératines de la couche basale : CK14, p40, p63, CK5/6 et CK19 (marquage focal). Elles expriment également EMA et CK7. Le Ki-67 montre une discrète majoration hétérogène de l’index de prolifération. Le p53 apparaît non muté, de type sauvage. Le CEA met en évidence les foyers de différenciation ductulaire. Les autres immunomarquages tels que CK20, GCDFP-15, Ber-EP4, Calponine 1 et les récepteurs aux androgènes sont négatifs.